L’empreinte écologique de nos chaussures

venez découvrir nos premiers référencements de chaussures écocompatibles

Abonnez-vous à la Newsletter

pour recevoir en avant-première nos sélections de produits écocompatibles

Chose promise, chose due ! Nous vous annoncions dans notre dernière newsletter que les premiers pas de L’Empreinte tourneraient autour des chaussures. Alors si vous ne vous êtes pas encore posé la question de l’empreinte écologique de vos chaussures, il n’est pas trop tard pour commencer 🧐 Et voici pourquoi…

5 paires par an et par habitant

Avec plus de 5 paires par an et par habitant, les chaussures font partie des articles les plus appréciés des consommateurs. Rien qu’en France il s’en vend plus de 400 millions de paires chaque année1, aussi bien en ligne qu’en boutique 

On a donc voulu s’intéresser à leur empreinte écologique, pour vous trouver les modèles les plus respectueux de l’environnement !

Aussi, pour nos premiers référencement, nous avons choisi de sélectionner des paires selon 5 catégories. Les sneakers, les chaussures de sport, les sandales, les chaussures à talon et plates.

Quelle empreinte pour nos chaussures ?

Nous sommes allés dénicher des paires chez des marques qui communiquent sur leur engagement pour la Planète, en termes de choix des matériaux, de transports et d’éthique notamment. Nous avons ensuite calculé leur empreinte écologique, avant d’éliminer certains modèles. Pourtant dits écoconçus, ils ne passaient pas la barre ou nous n’avions pas suffisamment d’information pour les évaluer correctement.

Nous avons besoin en effet de connaître la composition détaillée d’une paire de chaussures pour calculer ses impacts environnementaux. Or, pour des modèles en cuir par exemple, on ne parvient pas toujours à savoir d’après le site de vente s’il s’agit d’une production locale ou sans chrome.

ANALYSER LE cycle de vie

Comprendre le cycle de vie des chaussures est primordial pour évaluer correctement leurs impacts environnementaux. Pour chaque paire que nous référençons, nous devons disposer d’un maximum d’information quantitative, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie en passant par les procédés de fabrication .

Au passage nous sommes fiers de pouvoir vous partager une petite anecdote sur la fabrication des semelles de nos chaussures… Elle commence avec un moule en métal usiné, dans lequel on injecte le caoutchouc. Il faut donc un moule par modèle et par pointure. Or la fabrication de chaque moule nécessite plusieurs heures de travail d’usinage. Ce n’est donc pas une mince affaire !

Être ou ne pas être référencé

On a donc récupéré un maximum de données sur les modèles à référencer : composition, lieux de fabrication, procédés utilisés, etc. Nous les avons ensuite modélisés selon la méthode de l’Analyse du Cycle de Vie. Ça nous a permis d’obtenir leurs impacts et de vérifier leur cohérence. Mais au final comment savoir si telle paire de chaussures est bel et bien préférable à une paire « traditionnelle » ?

Pour y répondre, nous avons reconstitué l’empreinte moyenne d’une paire de sneakers en cuir ou en toile, d’une sandale en cuir ou en plastique, et ainsi de suite pour chaque catégorie. Nous avons alors comparé les modèles de notre sélection à ce benchmark pour décider ou non de les référencer.

 des chaussures ? oui mais à faible empreinte !

En comparant les différentes chaussures au benchmark, nous avons obtenu des résultats surprenants…dans le bon sens ! On ne s’attendait pas à de telles différences d’empreinte entre des modèles de chaussures vraiment écoconçues et d’autres plus standards.

Sur l’impact Réchauffement Climatique en particulier, les paires sélectionnées affichent en moyenne une baisse de 60% sur les émissions de CO2 eq. par rapport à leur benchmark par catégorie !

Il nous fallait ensuite vérifier les autres impacts. En considérant la consommation d’eau par exemple, nous avons réalisé que certains modèles en consomment plus que le benchmark. C’est le cas notamment lorsque la chaussure intègre beaucoup de matériaux biosourcés.

Issus de matière organique renouvelable, végétale ou animale, ces matériaux contribuent moins aux émissions de carbone fossile dans l’atmosphère. Mais en contrepartie ils consomment davantage d’eau que les matériaux traditionnels issus de ressources fossiles. Il a bien fallu consommer de l’eau pour faire pousser la plante ou abreuver l’animal dont le matériau biosourcé est issu…

ALORS COMMENT CHOISIR ? 

C’est là que nous intervenons pour vous aider.

D’abord, nous allons continuer à référencer de plus en plus de modèles, pour vous offrir toujours plus de choix.

Ensuite, on a constaté que l’empreinte des chaussures s’améliore régulièrement modèle après modèle. C’est le résultat des actions de progrès continu chez les fabricants engagés, qui réduisent progressivement l’impact de leurs produits sous l’effet de la prise de conscience généralisée. Et lorsqu’un impact s’améliore au détriment d’un autre, on peut alors penser que ce n’est qu’un compromis temporaireavant qu’une solution encore meilleure ne soit trouvée.

Enfin, chaque consommateur mettra dans l’équation ses propres critères, habitude et priorités de consommation, pour faire son meilleur choix parmi les modèles proposés.

 

Voilà, on vous a tout dit ! Alors rendez-vous vite sur la page Produits pour découvrir nos premières sélections et leurs impacts.

Et surtout dites nous ce que vous en pensez, on a hâte de partager vos commentaires et vos idées pour avancer !

 

1 source :  www.planetoscope.com