fbpx

A l’origine était le cuir

l'empreinte environnementale du cuir

Abonnez-vous à la Newsletter

pour recevoir en avant-première nos sélections de produits écocompatibles

Depuis le paléolithique, l’homme a utilisé la peau animale pour s’abriter, se chausser et se vêtir. Les premiers hommes étaient confrontés au problème de putréfaction des peaux d’où la nécessité de trouver une méthode de conservation. Ils découvrirent que le traitement à l’aide d’infusions faites d’écorces, de feuilles, de brindilles et de fruits de certains arbres et plantes contenant du tanin rendait cette conservation possible. Plus tarddans certaines régions, l’alun fut également utilisé comme premier tannage minéral, bien que la question de l’utilisation première de ce procédé pour le tannage ou bien pour la teinture fasse encore l’objet de recherches archéologiques et historiques.

Les premiers tannages furent donc réalisés avec des matières organiques et c’est surtout à la fin du XIXème siècle, avec la révolution industrielle, que le tannage au chrome devint la référence. L’utilisation traditionnelle des tanins végétaux produisant alors un cuir trop dur et trop épais avec un rendement plus faible.

Et donc le cuir, qu’est ce que c’est ? C’est la transformation de la peau putrescible d’un animal en une matière imputrescible, entendez qui ne se décomposera pas. Cette caractéristique nécessite un tannage, lorsqu’il n’y a pas de tannage, on parle de peau.

De nos jours, au moins la moitié du cuir produit se transforme en chaussures et environ un quart en habillement. Seuls 15% environ sont utilisés pour l’ameublement et le reste est transformé en articles de maroquinerie et autres produits de consommation

Il est à noter qu’aujourd’hui en France L’appellation est protégée par un décret datant de 2010, qui stipule que le cuir est le produit obtenu de la peau animale au moyen d’un tannage ou d’une imprégnation

Puis furent créées des alternatives

Cuir artificiel, faux cuir, similicuir, d’abord on voit apparaitre dans les années 60des alternatives de fibres synthétiques ou végétales enduites de PVC ou de polyuréthane. Une quarantaine d’années plus tard, des alternatives partiellement biosourcéesissues de la recherche et de l’innovation ont crée la tendance parmi lesquelles :le Piñatex (feuilles d’ananas), l’Appleskin® (résidus de pommes), le Muskin (cuir de champignon d’un aspect qui rappelle le daim ou le nubuck) ou encore le Deserto® (à base de fibres de cactus).

Même si la recherche et l’innovation de ces industries tend à créer des matériaux de plus en plus biosourcés, il faut savoir que la plupart de ces alternatives comprennent encore une part non négligeable de matériaux issus de la pétrochimie, pour la plupart du polyuréthane.

Ce que l’on appelle cuir végane ou cuir végétal est en fait du similicuir, qu’il soit d’origine végétale ou synthétique. On le nomme ainsi car il n’est pas issu d’animaux et ne doit pas être confondu avec le cuir de tannage végétal.

Des enjeux environnementaux, sanitaires, techniques et éthiques tout au long du cycle de vie

La production

Pour les défenseurs du cuir, le cuir est un déchet de l’industrie alimentaire, pour d’autres comme les défenseurs de la cause animale, il représenterait une part de la valeur économique de l’élevage(jusqu’à 40% de la valeur économique de l’animal sans compter le cas marginal du cuir précieux pour le secteur du luxe-serpent, crocodile…- et de ses fermes d’élevage dédiées). Aux conséquences environnementales, sanitaires et sociétales s’ajoute une préoccupation éthique.

L’élevage

Il s’agit des impacts bien connus de l’élevage : consommation d’eau, gaz à effet de serre et déforestation, ainsi que la problématique de la souffrance animale. Selon l’hypothèse d’allocation économique choisie pour le cuir, c’est-à-dire la part de la contribution de la matière première cuir à l’élevage, celui-ci va récupérer une partie de ces impacts plus ou moins importante dans l’évaluation environnementale.

Le tannage végétal

Cette méthode ancestrale consiste à utiliser les tannins contenus naturellement dans les végétaux (le bois, les feuilles, les racines, les écorces, ou les baies selon les espèces utilisées). Traditionnellement, les peaux qui étaient plongées dans des bains remplis de ces végétaux pouvaient devoir y macérer plusieurs mois ou années avant d’obtenir le résultat escompté. De nos jours, l’utilisation de poudres concentrées en tanin et de nouvelles machines a permis de considérablement réduire ce temps qui est au moins de 48 h et en moyenne de 30 jours.

Et qu’en  est-il pour l’environnement ?

Concernant la méthode traditionnelle, les boues obtenues étaient entièrement biodégradables, ainsi que le cuir.

Selon le Centre Technique du cuir, le tannage végétal serait plus gourmand en eau et en énergie (la peau est préalablement lavée et rincée abondamment à l’eau, ce que l’on appelle le travail de rivière, puis séchée).

Historiquement, les ingrédients utilisés pour tanner le cuir étaient naturels, aujourd’hui, à de rares exceptions près, ils font l’objet de modifications chimiques. De plus, pour obtenir les tanins provenant des écorces et du bois il faut abattre des arbres.

Si le cuir à tannage végétal a le vent en poupe ces jours-ci, son empreinte environnementale globale n’est qu’à peine inférieure à celui du cuir tanné au chrome.

Le tannage minéral

Le tannage minéral est une méthode utilisant des sels de chromes et  souvent des sels d’aluminium et de zirconium.  Les produits chimiques utilisés dans la production de cuir tanné augmentent les niveaux de pollution de l’eau (demande chimique en oxygène et les matières  solides dissoutes…) lorsqu’ils ne sont pas éliminés de manière responsable.

Par ailleurs d’un point de vue sanitaire, l’exposition directe au chrome est également un risque pour la santé ; lorsqu’ils sont inhalés, les composés de chrome sont des irritants des voies respiratoires, susceptibles de les obstruer et même de générer des cancers des cavités nasales et broncho-pulmonaires. D’où l’importance d’une production dans des conditions de travail obéissant à une réglementation sanitaire forte et strictement appliquée

Selon l’ONU, 80 % du cuir provient de pays en voie de développement où il est produit par des travailleurs et travailleuses à faibles revenus, au prix d’incidences environnementales et sanitaires importantes. Quand au tannage à l’aide de chrome, celui-ci représenterait plus de 80% de la production mondiale. En Europe, les tanneries répondent à de strictes réglementations, notamment concernant la gestion de leurs effluents et l’exposition aux substances dangereuses dans le cadre de la réglementation REACH.

L’origine du cuir –le vrai d’origine animale –qui n’est pas toujours aisée à tracer, est par conséquent un critère déterminant sur les quatre problématiques citées lorsque l’on opte pour ce produit.

Et les « faux-cuirs » alors ?

S’ils étaient autrefois principalement issus de la pétrochimie comme le skaï, les alternatives nouvelles sont essentiellement composées de matières végétales, qui sont souvent des résidus de la production agricole. Cependant comme nous l’avons dit, ces alternatives comprennent toujours une part de polymères. Si certaines marques comme Ecoalf ou Saola composent avec des matériaux 100% upcyclés, ou encore d’autres faux cuirs comme le Piñatexmisent sur les bioplastiques (le Polyatic Acid ou PLA issu de maïs dans son cas), ces bioplastiques posent encore les problèmes environnementaux des autres plastiques à la production tels que consommation d’énergie, mais aussi utilisation de terres agricoles, de pesticides et de pollution des eaux.

L’utilisation

Pour comparerl’empreinte environnementale multicritère des produits, il faut pouvoir comparer ce qui est comparable. Il existe pour cela une règle en analyse du cycle de vie : que les produits comparés offrent un service rendu(plus ou moins) équivalent. Dans le cas du cuir et de ses alternatives, ceci va concerner des critères allant de la résistance et donc de la longévité (et donc de la durée de vie du produit fini) en passant par la perméabilité à la vapeur d’eau, l’élasticité, la résistance à l’abrasion, la durabilité. Il serait trop long de recenser dans la limite des informations disponibles les caractéristiques techniques de chacun de ces matériaux et de les présenter en détail ici. Mais si ces éléments vous intéressent une étude publiée en 2021 estdisponible ici :

https://leatherfrance.com/sites/default/files/fftm/documents/etude_filk_complete_fr.pdf

La fin de vie

Dans le cas du vrai cuir, notons déjà qu’il existe un certain taux de chutes à la production, de peau mais aussi de cuir tanné, et donc chargées de leur substances chimiques et plus ou moins facilement biodégradables. Ensuite, bien entendu cela concernera l’ensemble du produit à l’issue de sa durée d’utilisation.

En Europe cette industrie a travaillé pour obtenir des taux de valorisation élevés à la production, tant pour les sous-produits que pour les déchets, retransformant ceux-ci par exemple pour en faire des engrais et des biostimulants pour les applications agricoles, ou encore récupérant le chrome pour le réutiliser.

En fin de vie du cuir, en dehors de quelques expérimentations sur certains produits (les chaussures par exemple sont constitués de dizaines de matériaux différents ce qui rend leur recyclage difficile), leur destination et leur traitement est celui des déchets ménagers (poubelle grise).

Quand aux faux cuirs, la présence de plastiques, qu’ils soient biosourcés ou non, pose le problème de leur devenir en fin de vie. Une importante partie des plastiques ne sont ni recyclables ou recyclés, ni même incinérés, et même lorsqu’il s’agit de bioplastiques « compostables », ceux-ci finissent en micro-plastiques et dans la chaine alimentaire.

Conclusion

Alors que choisir ? Tout comme pour la plupart des produits et de leurs alternatives positionnées pour offrir un service « équivalent », au-delà des considérations techniques, sociétales et éthiques, la différenciation, notamment d’un point de vue environnemental relèvera des conditions de production et d’élimination du produit et de la réglementation qui les entourent. Ainsi, le cuir, le véritable, est un produit dont il est essentiel de maitriser la traçabilité.

Le niveau de standards environnementaux à la production se reflète également dans le niveau de prix, avec un facteur entre 3 et 4 entre les pièces produites dans des pays en voie de développement et ceux provenant de tanneries plus modernes et respectueuse de l’environnement.  Bien qu’un prix plus élevé ne soit pas la garantie absolue du cuir le plus environnemental et sociétal du fait de sa difficile traçabilité, même si de nombreuses marques sont pleinement de plus en plus engagées dans cette garantie, il n’est pas abusif de déduire qu’un cuir peu cher a de grande chances de cocher nombre des mauvaises cases que nous avons évoquées.